PREMIERE PAGE | MES LIVRES I | MES LIVRES II | THEODORAKIS (D) | MOZART (F) | MOZART (D)
Le licenciement de Johannes Matthias Tolle
Lettre ouverte au Conseil d'Administration du CAPe

Mesdames, Messieurs,

Comme beaucoup de gens qui aiment le Centre des Arts Pluriels d’Ettelbruck et qui apprécient à sa juste valeur le travail du directeur artistique, M. Johannes Matthias Tolle, je suis atterré par la façon éhontée dont vous avez mis celui-ci à la porte. Vous vous êtes conduits comme le comte d’Arco avec Mozart: Un coup de pied au derrière, et pour vous l’affaire est réglée … Et vous osez encore vous prendre pour des gens qui gèrent une association „culturelle“?

Vous n’avez même pas la culture de la politesse la plus élémentaire.

Vous avancez l’argument que pour des raisons de droit de travail vous vous refusez à tout commentaire sur le licenciement de M. Tolle. N’avez-vous pas compris que ce comportement laisse les portes ouvertes à toutes sortes de spéculations qui ne peuvent que causer du tort supplémentaire au directeur artistique que vous avez congédié avec effet immédiat, mais aussi au CAPe lui-même que vous êtes censés promouvoir?

Ne dit-on pas qu’en rentrant d’une séance de travail à Wiltz, M. Tolle s’est trouvé devant son bureau fermé, dont les serrures des portes avaient été changées avant même qu’il n’ait été mis au courant de votre décision du mercredi 5?

La moindre des prévenances n’aurait-elle pas été de convoquer le directeur pour écouter ses réponses et arguments à vos griefs éventuels, avant de prendre une décision aussi grave?

Et si, comme le prétend une autre rumeur qui circule – eh, oui, on en est réduit aux rumeurs les plus folles –, vous lui reprochez une programmation qui ne tiendrait pas suffisamment compte du public du Nord, n’est-ce pas vous qui avez sanctionnée cette programmation pendant sept années?

Pour peu que vous vous teniez au courant de ce qui se passe dans l’institution que vous „administrez“ – combien d’entre vous a-t-on, en effet, jamais vu aux manifestations présentées dans la splendide salle du CAPe? –, vous devriez savoir quel prestige le Centre des Arts Pluriels a entre-temps conquis. Vous devriez aussi avoir appris que sa programmation est unanimement considérée comme aussi originale qu’intéressante et diversifiée, alliant avec un rare goût toutes les tendances de la création théâtrale, musicale, artistique et littéraire.

Le mérite en revient à celui que vous avez traité comme le dernier des malfrats. Y aurait-il donc parmi vous des envieux et des jaloux qui n’attendent qu’à monter sur le trône vidé? Vous seriez-vous comportés de la même façon avec un directeur artistique qui aurait été luxembourgeois? Décidément, je n’arrive pas à me débarrasser de l’idée que votre attitude a un relent malsain de racisme.

Ainsi, pour conclure provisoirement, j’aimerais vous dire ceci:

Depuis la genèse du projet du CAPe, j’y avais été associé comme conseiller, j’ai figuré parmi les membres fondateurs et j’ai à de nombreuses occasions pu souligner la fierté que je ressentais devant l’évolution de cette institution et devant son rayonnement toujours plus grand.

Face à votre comportement inqualifiable et scandaleux et quelque raison que vous ayez pu avoir de licencier M. Tolle, j’exige que vous biffiez mon nom de la liste des membres fondateurs du Centre des Arts Pluriels d’Ettelbruck.

Je ne peux ni ne veux plus rien à voir avec une institution, dont le Conseil d’Administration se conduit exactement comme des représentants de ce capitalisme abhorré qui informent leur personnel de son licenciement par courrier électronique ou par SMS.

Veuillez agréer, Mesdames, Messieurs, l’expression de mon profond dégoût

Guy Wagner
10.04.2006

Publié dans différents quotidiens et hebdomadaires
  • PREMIERE PAGE | MES LIVRES I | MES LIVRES II | THEODORAKIS (F) | MOZART (F) | MOZART (D)